Discussion générale sur la chanson française

Partagez vos découvertes dans ce style musical
Règles du forum
Ce forum de la catégorie "Musiques" est un fil de discussion unique autour du genre musical "Chanson française". Cliquez sur le sujet puis sur "Répondre" pour participer à la discussion.

N.B. Si vous venez de vous inscrire merci de lire attentivement les règles générales d'utilisation du forum en cliquant sur ce lien
Répondre
Avatar du membre
Nabulio42
Messages : 606
Enregistré le : lun. 21 août 2017 19:05
Localisation : Sorbiers

Re: Discussion générale sur la chanson française

Message par Nabulio42 » dim. 10 déc. 2017 16:36

Sans être un fan absolu de ses albums, quelle bête de scène, je l'ai vu 5 fois, une machine de guerre. Quand je site mes meilleurs concerts c'est Pink Floyd en 94 et plus récemment Johnny pour la tournée des stade. Pour faire court, ma chanson préférée "l'envie" de l'album Bercy 87

Le concert ou j'aurai voulu être ==> parc des Princes
Paix à lui, bon Dimanche à tous.
:a-la-tienne:
"La connaissance est une navigation dans un océan d'incertitudes à travers des archipels de certitudes"
Mon petit forum

Avatar du membre
Pierre-Michel
Contributeur 2015/16
Contributeur 2015/16
Messages : 556
Enregistré le : dim. 27 sept. 2015 23:34
Localisation : Abbeville - Somme

Re: Discussion générale sur la chanson française

Message par Pierre-Michel » mar. 13 févr. 2018 21:57

Que voila une belle reprise !



Bon Dieu ! Quel swing !

:respect:
"Un grand guerrier tu cherches ? Personne, par la guerre, ne devient grand". Maitre Yoda

Avatar du membre
tonio35
Contributeur 2016/17/18
Contributeur 2016/17/18
Messages : 521
Enregistré le : mar. 29 sept. 2015 14:43
Localisation : 44

Re: Discussion générale sur la chanson française

Message par tonio35 » jeu. 15 févr. 2018 15:08

Une chanson que j'ai découverte il y a peu et qui ma m'a fait l'effet d'un coup de pied aux fesses ... lorsque j'ai compris :icon_frenchy:
Alors jouez le jeu - façon de parler - si vous ne connaissez pas cette chanson et écoutez attentivement les paroles jusqu'au bout, même si vous n'êtes pas fan de l'interprète ou de ce genre de musique.
Émotion garantie ... ou alors vous n'êtes pas humains :couac:

L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant
Julos Beaucarne

Mon Petit Forum

Avatar du membre
Tichu
Contributeur 2015/16/17/18
Contributeur 2015/16/17/18
Messages : 3279
Enregistré le : dim. 13 sept. 2015 14:25
Localisation : 92

Re: Discussion générale sur la chanson française

Message par Tichu » jeu. 15 févr. 2018 17:26

Il ressemble à Nicolas Hulot... :diabolo:
Modo chipoteur

Avatar du membre
JPB
Contributeur 2016/18
Contributeur 2016/18
Messages : 878
Enregistré le : sam. 26 sept. 2015 21:59
Localisation : Franche comté

Re: Discussion générale sur la chanson française

Message par JPB » ven. 16 févr. 2018 09:24

j'aimais mieux "pour une âme en peine..." il chantait plus juste..

quant aux paroles de cette "grande farce", l'idée est originale..sujet peu abordé...
Escudero n'a pas eu le succès qu'il méritait...

Avatar du membre
JP4U
Messages : 867
Enregistré le : jeu. 10 mars 2016 16:48
Localisation : Hautes-Alpes

Re: Discussion générale sur la chanson française

Message par JP4U » dim. 13 mai 2018 19:48

Une parodie sur une chanson très connue des Compagnons de la Chanson que je viens de retrouver sur une de mes vieilles cassettes d'humour, je sais ça ne rajeunit pas...


et puisque l'on est dans les anciens tubes :icon_frenchy: , un de 1921 par les mêmes :

Avatar du membre
JP4U
Messages : 867
Enregistré le : jeu. 10 mars 2016 16:48
Localisation : Hautes-Alpes

Re: Discussion générale sur la chanson française

Message par JP4U » lun. 14 mai 2018 22:07

Et une parodie d'une chanson de 1975 qui vous fera voir la corvée quotidienne de la vaisselle sous un autre jour. :a-la-tienne:

Avatar du membre
Pandemonium
Messages : 34
Enregistré le : dim. 10 juin 2018 13:59

Re: Discussion générale sur la chanson française

Message par Pandemonium » jeu. 14 juin 2018 21:30

Hubert Félix Thiefaine, le seul auteur compositeur interprète poête encore vivant. Décortiquer ses textes est un véritable défi, on y trouve
pêle- mêle des références à l'Histoire, la philosophie, la littérature, le cinéma, la peinture, la théologie (petit séminaire oblige) etc.... Prévoir google à portée de mains, le seul artiste qui rend plus intelligent (ou moins con si vous voulez) après écoute.

"Les fastes de la solitude"

Les fleurs de rêve obscur sécrètent de noirs parfums
Dans la féérie marbrée des crépuscules forains
Théâtre d'harmonie, panorama lunaire
Aux délicieuses lenteurs de cortège funéraire
Où les âmes nuageuses nimbées de sortilèges
S'évaporent dans l'ivresse glacée d'un ciel de neige
Banquise phosphorescente et bleu-mélancolie
Qui projette ses violons sur d'étranges rhapsodies
Aux étranges accords sous d'étranges latitudes
Qui te révèlent les fastes de la solitude

Les femmes-oiseaux perdues dans leurs sombres dimanches
Ont sorti leurs précieux colliers de souris blanches
Et dansent la sarabande frivole des courtisanes
A la mémoire d'amants noyés dans leurs arcanes
Odeurs de mandarine et rafales de cannelle
Mélodies cristallines et vapeurs d'arc-en-ciel
Là-bas sous un tilleul à l'ombre d'une fontaine
Notre-Dame de la Nuit distribue l'oxygène
Et le septième cercle de la béatitude
Te révèle les fastes de la solitude

La princesse aux camées fait blinder sa pâleur
Pour franchir les spirales du miroir intérieur
Pétales rapaces d'une hydre aux yeux de tarentule
Dans le tumultueux chaos des particules
Mandalas schizoïdes et soupirs féminins
Sur les claviers bulbeux des orages clandestins
Sépultures de valium pour voyageurs-vampires
Errant dans les Sargasses d'un océan martyr
Et le doute qui ravage même tes incertitudes
Te révèle les fastes de la solitude

Joseph d'Arimathie et Uther Pendragon
Chevauchent de vieilles juments au bord de l'extinction
Et cherchent l'asile de nuit au milieu des pylônes
Rouge-iguane et oranges brûlées des soirs d'automne
Leurs druides au bec benzène en livrées de valets
Te préparent un cocktail dans leurs tubes à essai
Plus rapide qu' une Aston dans les mains de Shelby
Tu reprends l'avantage au treizième Martini
Et l'ineffable attrait pour les bars d'altitude
Te révèle les fastes de la solitude

Le chevalier la mort et le diable s'enfuient
Des pinceaux de Dürer pour absorber la nuit
Tandis que Mélusine aux longs cheveux défaits
T'organise une party dans la brume des marais
Et dessine sur ton membre une cartographie
Des ténèbres où t'attendent quelques maillons maudits
Puis traverse le désert jusqu'à la Thébaïde
Où la fée méridienne de tes éphémérides
Extirpant ton sourire poisseux de l'habitude
Te révèle les fastes de la solitude
_________________
L'ennui naquit un jour de l'uniformité.

Avatar du membre
Pandemonium
Messages : 34
Enregistré le : dim. 10 juin 2018 13:59

Re: Discussion générale sur la chanson française

Message par Pandemonium » ven. 15 juin 2018 12:00

La chanson d'amour vue par H.F.T, ça change des textes gnangnans des "docteurs honoris variétés" non.? :smile:

Quand les ombres du soir chevauchent sur la lande
Avec dans leurs passeports Sherwood ou Brocéliande
Quand les elfes titubent sous l'alcool de sorgho
Dans les cercles succubes de la Lune en faisceaux
Quand les vents de minuit décoiffent les serments
Des amants sous les aulnes d'un hôtel flamand
Quand tes visions nocturnes t'empêchent de rêver
Et couvrent ton sommeil d'un voile inachevé
Je n'ai plus de mots assez durs
Pour te dire que je t'aime

Quand les chauves-souris flirtent avec les rossignols
Dans les ruines d'un royaume où mon crâne est mongol
Quand les syndicats brûlent nos rushes et nos démons
Pour en finir avec le jugement des salauds
Quand humpty dumpty jongle avec nos mots sans noms
Dans le bourdonnement des câbles à haute tension
Quand tu m'offres épuisée sous l'oeil d'une opaline
Les charmes vénéneux de tes fragrances intimes
Je n'ai plus de mots assez durs
Pour te dire que je t'aime

Quand les théâtres antiques recèlent nos orgies
Catal Hoyük airport, Manco Capac City
Quand nos murs se recouvrent de hiéroglyphes indiens
Avec nos voix blafardes en feed back au matin
Quand tes mangoustes viennent avaler mes couleuvres
Dans ces nuits tropicales où rugit le grand oeuvre
Quand l'ange anthropophage nous guide sur la colline
Pour un nouveau festin de nos chairs androgynes
Je n'ai plus de mots assez durs
Pour te dire que je t'aime

Quand les clochards opposent la classe et l'infini
A la vulgarité glauque de la bourgeoisie
Quand les valets de cour, plaideurs pusillanimes
Encombrent de leurs voix nos silences et nos rimes
Quand aux détours d'un bar tu flingues aux lavabos
Quelque juge emportant ma tête sur un plateau
Quand tu branches les hélices de ma mémoire astrale
Sur les capteurs-influx de ta flamme initiale
Je n'ai plus de mots assez durs
Pour te dire que je t'aime

Quand les traces de Rorschach sur la tôle ondulée
Servent aux maîtres à tester l'autochtone humilié
Quand sur la Moleskine des limousines en liesse
Ils en rient en fumant la mucho cojones
Quand les cris de l'amour croisent les crocs de la haine
Dans l'encyclopédie des clameurs souterraines
Quand je rentre amoché, fatigué, dézingué
En rêvant de mourir sur ton ventre mouillé
Je n'ai plus de mots assez durs
Pour te dire que je t'aime

Quand dans la lumière sale d'un miroir tamisé
Tu croises l'oeil éphémère d'une salamandre ailée
Quand dans les brumes étales de nos corps transparents
Tu réveilles mes volcans lumineux du néant
Quand mes pensées confuses s'éclairent au magnésium
Sur les écrans-secrets de ton pandémonium
Quand mes bougainvillés se mêlent aux herbes folles
Dans ta chaleur biguine au crépuscule créole
Je n'ai plus de mots assez durs
Pour te dire que je t'aime

Quand les ombres du soir poursuivent sur la lande
Le flash des feux arrières d'une soucoupe volante
Quand le soleil se brûle aux contours de tes reins
Parmi les masques obscurs d'un carnaval romain
Quand l'ordre des humains nous sert dans son cocktail
5 milliards de versions différentes du réel
Quand tu pleures essoufflée au creux de ma poitrine
Avec les doux murmures des fréquences féminines
Je n'ai plus de mots assez durs
Pour te dire que je t'aime

L'ennui naquit un jour de l'uniformité.

Répondre

Retourner vers « Chanson française »